Lundi 8 août 2016

17:26
À nouveau couché sur le lit, nous mettons au frais nos pieds et nos corps après une journée de chaleur épuisante.
Cette nuit nous n’avons pas beaucoup dormi. D’abord Cyrille avait mal réglé l’air-co, et vers minuit la chaleur dans la chambre était intenable. Un peu plus tard, mon ventre réclamait à manger, 24 sushis ne lui avait pas suffi. Et puis vers 3h, le corps à dit basta et impossible de continuer à dormir. C’est à partir de 7h (quand le réveil a sonné) qu’on a vraiment bien dormi. À 9h30, debout, et un peu plus tard nous prenons un petit déjeuner européen dans un diners à la japonaise : Denny’s.

Entrée de la rue Kappabashi-dori Nous avons ensuite marché jusqu’à la gare de Ueno en passant par la rue Kappabashi-dori, repaire des magasins de cuisine avec couteaux, outils de toutes sortes, lanternes en papier, rideaux d’entrée de restaurants, et surtout, des moulages en résine de tous les plats possibles de la cuisine japonaise, pour les devantures.
Ensuite, petit moment de prière au temple Shitaya-jinja…

Bento aux 30 ingrédients Arrivés à la gare, nous cherchons le magasin de bentos pour les voyages en train, sans succès, mais on tombe sur le Ameya Yokocho, des rues pleines de commerces , sous les voies du train. Dans tout ce bric-à-brac, les pachinkos attirent notre attention avec leurs éclairages criards et un bruit assourdissant. Aucune envie de rentrer dans cet enfer pour jouer aux machines à sous, plutôt envie d’un endroit plus calme. Le parc d’Ueno ? Pourquoi pas ? Mais avant, nous retournons dans la gare chercher le bento shop. Et le voilà ! Minuscule, à peine un comptoir avec une dame souriante, et un choix de plus d’une cinquantaine d’ekibens (bentos pour le train) différents.
Déjeuner à la japonaiseNotre nourriture achetée, nous partons chercher un endroit calme dans le parc. Quels innocents nous sommes ! Les cigales chantent comme si elles avaient accès à des baffles. il y a aussi une « fan zone » pour suivre les JO de Rio et promouvoir ceux de Tokyo 2020. Entre tout ça, et les milliers de japonais comme nous à la recherche de fraicheur, l’endroit n’est pas très zen.
Par contre, notre bento aux 30 ingrédients est délicieux. On pourrait faire une petite sieste quand même, mais une envie pressante nous fait bouger.
Je négocie un passage au magasin Yamashiroya, plein à craquer de figurines et de merchandising d’animes japonais.

Statue de Hachiko Ensuite, nous empruntons la Yamanote Line (ligne de métro circulaire qui entoure le centre de Tokyo, accessible avec le JR Pass) jusqu’à Shibuya. Du quai de la gare, nous apercevons déjà le fameux carrefour. Avant de le traverser, petit arrêt pour voir la statue de Hachiko, ce chien qui a attendu son maître là tous les soirs pendant une dizaine d’années après son décès.
Et on se lance à la traversée du carrefour, et la marée humaine nous entraine, même en heure creuse. Carrefour de Shibuya Nous atterrissons à Shibuya 109, centre commercial paradis des Lolitas. Trop pour nous. En repartant, petite halte chez Uniqlo puis encore un dernier regard depuis les hauteurs sur le carrefour.
Nous rentrons en métro vite fait pour pouvoir mettre nos pieds au frais (on a même failli acheter des glaçons au supermarché Don Quijote).

21:17
Dîner au Daikokuya Nous voilà dans la chambre, bien mangé, bien promené. Le petit restaurant de tempura (Daikokuya) face au temple était délicieux. La serveuse était une dame âgée qui a dû se tromper dans notre service car elle s’est fait engueuler par une autre. Nous pensons avoir eu droit en plus à un bol de nouilles froides et de tofu.
En sortant, on a fait le tour du quartier jusqu’à la rivière Sumida-gawa. En rentrant, passage chez Don Quijote, le supermarché du quartier. Et à l’arrivée à l’auberge, le réceptionniste nous a salué d’un « bonjour » en français ! Ils sont tous très sympas là.

Tokyo : 33°, nuageux

Images liées:

Author: Rafael

1 thought on “Lundi 8 août 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *