Lundi 15 août 2016

14:50
Nara, la première capitale du pays, une toute petite ville (plus de 300 000 habitants tout de même) à à peine une heure de Kyoto, était notre destination aujourd’hui. La capitale mondiale du daim on pourrait dire, car il y en a partout dès le sanctuaire de Kōfuku-ji. Ils sont gentils (on ne s’est fait mordre le tee-shirt que deux fois), ils sont beaux et ils ont faim car les trois paquets de crackers de riz spécial daim ont disparu en très peu de temps. En fait, ils sont très malins, ils savent bien que les touristes leur en donnent.
Nous marchons jusqu’au Tōdai-ji et son impressionnant Bouddha. Il est immense. Le temple qui le protège aussi, même si le bâtiment original l’était beaucoup plus (la plus grande structure en bois jamais construite selon les guides).
Nous continuons de marcher parmi les daims, touristes et… quelques arbres. La chaleur nous pèse et nous décidons d’aller manger au Lawson (nous sommes en plein dans les coupes budgétaires). À nouveau des onigiri, cette fois nous découvrons comment ouvrir les emballages sans en mettre de partout. En rentrant à la gare, nous jetons un oeil au Daiso du coin, mais il nous a fort déçu.
Dans le train, au frais et presque en silence (il est à moitié vide), nous regardons nos selfies avec les daims. Nous avons galéré pour les faire, mais il y a quelques vues rigolotes.

21:25
Nous venons de sortir de l’onsen de l’hôtel mais cette fois l’expérience n’a pas été reposante. Il y avait beaucoup trop de gamins et de gens en général. Maintenant nous planifions notre dernier jour à Kyoto. En principe nous laissons les valises à l’hôtel (ils nous ont dit oui, mais nous ne sommes pas sûrs qu’ils aient compris la question) et nous allons visiter le Nord-Ouest de la ville. La nuit prochaine nous la passerons avec Jihane et family dans un Airbnb par là-haut.
Mais ça sera demain. Cet après-midi nous avons profité pour visiter le centre de Kyoto. Il a plut un peu et du coup l’air brule moins. Cela nous a donné un peu de souffle pour marcher jusqu’au temple Higashi Hongan-ji. Il y avait deux temples très similaires, l’un à côté de l’autre, l’un plus grand encore. Les sculptures du Bouddha étaient cachées, et l’ambiance très sobre. Cyrille a beaucoup aimé les sols en tatami.
Marcher, marcher… Nous avançons jusqu’au Nishiki market. La petite allée sous sa verrière est bondée de monde et d’odeurs. Nous essayons de savoir ce que sont les lamelles que Cyrille a gouté le premier soir en ville. Jambon fumé ? Poisson sêché ? Nous avons toujours des doutes. Nous avançons jusqu’au Nishiki Tenman-gū Shrine et puis au Daiso, où nous trouvons les chaussettes pout tongs pour Oli. Youhou !!!
Ensuite, Pontocho, sensé être une petite rue charmante pleine de restaurants… euh… comment dire ? Les terrasses sur la rivière étaient sympas mais la rue, tellement étroite, tellement sombre… Fatigués, nous rentrons en métro. C’est la première fois que nous avons du mal à trouver notre chemin. Disons que les plans du métro n’étaient pas très clairs, c’est ça ? Enfin nous arrivons à notre chère gare de Kyoto qui une fois de plus nous a surpris : spectacle de lumières dans les escaliers vers la terrasse, le skywalk (passerelle qui surplombe le hall 8 étages plus bas et qui bouge légèrement – uhhh, Cyrille n’a vraiment pas aimé). Puis, en cherchant la sortie, nous sommes tombés dans un parking. C’est un labyrinthe magnifique ! Je suis persuadé qu’il nous reste une partie de The Cube à explorer. Déjà ce soir nous avons diné au Porta, une autre galerie commerçante au sous-sol. Vive cette gare ! On pourrait y vivre sans en sortir !

Author: Rafael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *