Vendredi 12 août 2016

Nous avons super bien dormi, le lit est hyper confortable. Nous n’avons toujours pas décidé que faire de la journée, et on en discute autour du premier vrai café du séjour. Château ? Musée d’art ? Nous tentons ce dernier. D’abord un bus jusqu’à la gare, puis un train jusqu’à la gare centrale et encore un bus… mais là, raté, il faudrait attendre 45 minutes. Du coup, avec l’espoir qu’il fasse un peu moins chaud (le vent est très agréable) on change d’idée et on marche jusqu’à la boutique Totoro. À mi-chemin, nous mangeons dans une gargotte où la commande se fait par écran tactile. Puis un salut à la réplique du Manneken Pis (Nagoya est jumelée avec Bruxelles).
La chaleur se fait ressentir. On repart vers les galeries visités hier. En rentrant dans un magasin de thé, un vieux monsieur nous accueille à bras ouverts. Nous avons droit à toute sorte d’explications sur le thé dans un anglais fort approximatif. Il nous fait offrir par son employée un thé glacé maison.
Jihane rentrera à la maison en métro à la rescousse de ses enfants qui semblent s’ennuyer à la maison. Nous partons à la gare récupérer nos valises dans 2 consignes différentes et reprendre le Shikansen. Depuis le train, nous avons vu le lac Biwa (une destination suggérée un moment pendant la préparation du voyage).
La gare de Kyoto était noire de monde, comme partout ailleurs. Arriver à pied à l’hôtel a été difficile à cause de la chaleur et de la fatigue. Mais la gentillesse et le service à la réception ont rendu l’arrivée sympa. La réceptionniste nous a même accompagné jusqu’à l’ascenseur (on n’a pas l’habitude de ces petits gestes d’attention en Europe). Et dans la chambre, plein de petites attentions : une grue origami, un mot de la femme de chambre, un kimono léger… On se croirait dans un 5 étoiles. Après une bonne douche, repas dans un restaurant à la gare : le cuisinier nous prépare devant nous un okonomiyaki, sorte d’omelette japonaise avec des copeaux de bonite séchée, délicieux. Ensuite 2 moshis du 7/11 en dessert et au lit.

Author: Rafael

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *